LE MANIFESTETournée

7 mars 2017

Damien Saez a lancé sa tournée du Manifeste en commençant par le Luxembourg à Rockhal (Esch-sur-Alzette), entouré de Drums : Geoff DUGMORE, Basse : James ELLER, Guitares : Franck PHAN, Daniel JAMET, Alice BOTTE et Accordéon : Johann Riche.

Pour son introduction, une toile de projection apparaît, Damien Saez se positionne face à son piano et les manifestants découvrent la diffusion de « Pierrot dans l’espace ». La vidéo arriva en streaming dans l’heure après le début du concert sur CcC.

saez piano luxembourg 2017 menaces mais libres

Rappel : « Des scènes de tableaux sur des scènes de concerts. Pour la premières fois une œuvre cinématographique se déroulera tout le long d’une tournée.

Premier concert premiers tableaux, deuxième concert deuxièmes tableaux etc etc…

Pour que l’ami du Havre puisse suivre l’acte IV du manifeste quand le concert est à Lille, l’œuvre cinématographique projetée au concert sera dévoilée au même instant sur culturecontreculture.fr, de soir en soir. »

Sur « Pierrot dans l’espace », retrouvez une jeune femme tatouée, portant un haut avec Johnny Cash en image, et dictant un très joli texte. Ceci dans une atmosphère agréable, le seul petit bémol de ce premier opus, est la qualité du son qui divague de temps en temps et pas très fort. Mais vraiment, le choix du décor, le jeu de la demoiselle et le texte nous transporte, hâte de voir la suite!

Des manifestants pensaient voir le concert en live, en streaming de Damien Saez, alors que pourtant, depuis le début ce n’est pas ce qui avait été annoncé. Malgré tout, je pense que ce premier tableau a conquis son monde : )))

Texte « Pierrot dans l’espace »

« tu sais faire l’amour toi ?

p’t’être ça s’fait pas l’amour, c’est pas un truc qui s’fabrique, c’est pas un truc qui s’vend,
ça s’vit l’amour…

c’est fou y a des moments comme ça, on voudrait qu’ils s’éternisent, on voudrait qu’ce soit pour toujours. c’est p’t’être ça l’amour, c’est quand on veut qu’ce soit pour toujours, même si on sait qu’ça existe pas, toujours, ce s’rait comme voir le bout d’l’infini toujours, mais ça existe pas l’bout d’l’infini. c’est pour ça qu’c’est l’infini , c’est comme l’amour, c’est jamais fini. moi j’aimerais bien ça qu’ça dure toujours les moments.

mais ça dure jamais bien longtemps, alors faut en profiter.

tu vois quoi  ?

moi j’vois des pays. t’avais ça les planètes qui s’allument toi ? les terres qui s’allument dans les chambres d’enfants. les terres qu’on fait tourner, du bout des doigts, moi j’faisais tourner ma terre en y posant l’index, en fermant les yeux pour savoir où j’atterrirais, et puis j’rêvais. faire tourner la terre sur une terre qui tourne toute seule alors quand t’as l’occase de la faire tourner la terre, faut pas lâcher, c’est tellement elle qui nous fait tourner d’habitude la terre, à savoir si c’est pas pour ça qu’on a peu trop la tête qui tourne, nous qui tournons sans savoir qu’on tourne, tous les jours, on tourne, comme un manège dans l’espace, de lever du jour en lever de lune. alors on fait tourner nos rêves, du bout des doigts dans des chambres d’enfances, on fait tourner nos mondes pour mieux rêver et voir du bout des doigts où nous emporteront nos rêves, avant qu’on soit trop vieux pour faire tourner nos terres dans des chambres d’enfant, avant qu’on soit des cons d’adulte, avant la thune, avant la société, avant qu’on ait fini d’grandir puis qu’on soit plus qu’un dos qui s’courbe petit à petit pour y retourner à la terre, avant qu’on vende ses rêves. j’rêvais de c’que s’rait ma vie. du voyage qu’elle serait ma vie. on s’goure toujours quand on est gamin, mais alors qu’est-ce qu’on rêve. alors moi j’vois des pays quand j’regarde mon plafond. puis des étoiles. tu les vois les étoiles ? moi j’en vois plein, on dirait des papillons les étoiles.

tu crois qu’ils nous voient ?

ceux d’l’autre côté, d’l’autre côté du miroir ou du plafond, ceux d’l’autre côté du ciel. le ciel c’est où on veut qui soit tu sais, partout on peut en faire du ciel, dans les yeux d’l’autre on peut en faire du ciel.

alors tu crois qu’ils nous voient. les perdus dans l’espace, dans les galaxies.

y a p’t’être un p’tit E.T. qui nous fait coucou là-bas, un truc bizarre de Mars ou d’plus loin, genre de planète qu’on connaît pas encore, mais qui auraient des télescopes interstellaires, p’t’être ils nous regardent pour comprendre l’amour peut-être.

ou p’t’être un qui s’est perdu dans l’espace, qui est dans son costume de cosmonaute, qui est tout seul perdu là-haut puis qu’il nous fait des signes puis qui nous voit mais nous on l’voit pas.

Ou p’t’être qu’il s’est pas perdu puis que c’est eux qui l’ont oublié quand ils ont posé leur putain de drapeau, qu’ils ont posé leur putain de fusée, ou alors c’est lui qui a dit non merci ça va j’redescends pas, ça va j’ai donné, j’vais rester là assis sur la vieille pierre, j’vais faire Pierrot tout seul vous m’en voudrez pas.

p’t’être qu’il nous voit là Pierrot, puis qu’il nous fait des signes parce qu’il est tout seul là-haut, qu’elle est pas v’nue Colombine… elle fait l’trottoir… Colombine… elle fait l’trottoir…

ferme les yeux… on va l’entendre chanter, Pierrot. »

Acheter le Manifeste sur Culture Contre Culture et suivre en direct la suite des tableaux, l’accès aux chansons, les éphémères, les ruisseaux…

entracte damien Saez Rockhal 2017 photo tournée

Galerie de photos prises lors du concert de Damien Saez à Rockhal 2017, merci aux fans pour les images : )))

Chansons jouées lors du concert à Rockhal 2017 au Luxembourg :

Marie
L’oiseaux liberté
Mon terroriste
Peuple Manifestant
Marie ou Marilyne
Marianne
Des p’tit sous
Betty
Messine
Les Echoués
Fin des mondes
Into the wild

J’accuse
Pilule
Fils de France
Jeunesse lève toi
J’veux qu’on baise sur ma tombe

Rois demain
Le bal des Lycées
Putains vous m’aurez plus
La Lutte
Ma petite couturière
Tu y crois